Tu connais le meilleur allié pour diminuer ses déchets?

Les poules, ce meilleur allié pour diminuer la taille de ses poubelles, et maintenant, ils les font en pack!

Des asbl en Belgique proposent des packs « tout compris » pour débuter votre poulailler en toute quiétude.

Matériel, litière, enclos et même les poules! Ils vous fournissent le package tout compris et vous conseilleront même grâce à leur expérience.

En Wallonie, on compte Seconde Chance asbl et leurs deux projets, le poulailler partagé et le « pack à poules » et à Bruxelles on a trouvé UP! asbl et leur projet Life is WonderPoules.
De plus, Seconde Chance asbl a créé un groupe Facebook pour partager les expériences et donner des conseils de la manière la plus intuitive possible.

 

Des poules pour diminuer ses déchets

La poule est omnivore. Elle mange tout ce que nous ne voulons pas: épluchures, restes de repas, coquilles et coquillages, … à l’exception de quelques mets tels que les agrumes, le kiwi, les pelures de bananes et d’avocats, les pommes de terre crues, le céleri et les feuilles de poireau, bref: elle est la « recycleuse » presque parfaite! Juste une poignée de céréales sera nécessaire pour compléter son alimentation.  Et n’oublions pas, en retour, elle vous offrira de bons oeufs frais. Le must, non?

C’est bien connu, avoir un compost et/ou des poules à la maison, cela permet d’éliminer ses déchets organiques de la façon la plus écologique possible. Une sorte d’économie circulaire « made by yourself »; oui oui, vous pouvez être déjà fiers de vous car ce sont près de 150kg de déchets qui sont recyclés par poule! Mais soyez vigilant, la poule est un animal sociable, il sera donc préférable de lui trouver une compagnie que de l’élever seule ( j’ai dû être une poule dans une autre vie).

Un poulailler partagé, ça sert à quoi?

Un poulailler partagé, c’est un poulailler commun où chacun peut apporter ses déchets ménagers et en retour, profiter des oeufs frais.

 

Partager pour faire des rencontres

Par ailleurs, c’est une façon de créer une autre dynamique sociale où responsabilités, rencontres, plaisir, échanges constituent des balises et des motivations.

Évidemment, les habitants du quartier se déplacent pour aller porter les restes de table et se fournir en œufs. C’est pour eux une occasion de contacts et de rencontres qui les sort de leur isolement et contribue à diminuer leur stress. Mais au-delà, l’expérience « poulailler partagé » ouvre d’autres perspectives telles l’éducation des plus jeunes  aux valeurs de partage, l’apprentissage de la solidarité (on n’emporte que les œufs dont on a besoin), le respect de l’environnement, etc…  De notre propre expérience, des liens d’amitié se sont créés lors de ces rencontres.

Des initiatives multiples peuvent se développer au départ du projet, l’animation d’ateliers « cuisine » où l’on apprend et échange des recettes de préparation des œufs mais aussi et pourquoi pas des ateliers-réflexions portant sur la répartition des tâches (qui nettoie le poulailler, qui fait l’inventaire de la production et des coûts, qui gère les conflits éventuels,…). Bref, c’est une microcosme qui s’organise et se développe dont, une fois encore, le but n’est pas l’enrichissement mais le partage et la solidarité.

 

 

Le meilleur anti-limaces et engrais pour le potager

Il existe 3 façons de faire profiter le potager de la présence de poules. Car si la symbiose peut exister, elle n’est pas totale. En effet, laisser des poules en liberté dans votre potager toute l’année pour résulter à une catastrophe: elles risquent de gratter et creuser vos cultures et de manger vos salades avant les mauvaises herbes. En résumé, cela ne s’improvise pas.

 

  • le nettoyage d’hiver: vous pourrez laisser gambader vos copines en hiver, lorsque le potager est au repos. Cela permettra de vous débarrasser de vos anima « non grata » tels que les escargots, limaces et autres gourmands. Les déjections de nos amies pourront créer un engrais naturel et enrichir votre sol. Cependant, ne procédez à cette technique qu’une semaine afin que le sol ne soit pas trop abimé. Egalement, réalisez cette petite sortie par temps sec afin de ne pas trop tasser la terre.

 

  • L’enclos mobile: c’est un système qu’on ne trouve pas en grande surface, il faudra donc être un peu bricoleur. Il s’agit d’un poulailler monté sur roue, que vous pourrez faire voyager dans le jardin au gré de vos envies. L’avantage est que vous pourrez décider de faire picorer vos poules où vous le souhaitez. Ne confondez pas le poulailler avec l’enclos mobile, car à moins de construire une Rolls Royce, vos poules seront un peu à l’étroit pour s’y abriter. Privilégiez donc les deux structures.

 

 

  • l’abri à légumes: ici, on inverse les tendances. Au lieu d’enfermer vos poules, vous couvrez vos plantations par un dôme grillagé qui empêchera vos poules de les picorer. Cela permettra aux poules de courir librement dans le jardin.

 

 

Vous voilà donc emplis de nouvelles idées pour votre jardin, vos poules, vos futures poules, votre potager, etc.

Et vive les omelettes!

 

Merci les poulettes!

 

 

Pour le contacter Seconde Chance asbl, ou avoir toutes les infos, rendez-vous sur leur groupe Facebook ou par email à l’adresse secondechance0@gmail.com, merci à eux pour leur contribution à cet article !

sources:

https://potagerdurable.com/3-facons-de-reconcilier-poules-et-potager/

http://thecitychicken.com/tractors.html

https://environnement.brussels/fiche/asbl-life-wonderpoule

By |2019-04-30T09:32:20+02:00Publié le 25 avril 2019|Non classé|0 Comments

Leave A Comment